Sisyphe, les fleuves et les rochers: de l'heureuse mélancolie du traducteur