SISYPHE, LES FLEUVES ET LES ROCHERS : DE L’HEUREUSE MÉLANCOLIE DU TRADUCTEUR