Peinture, poésie et moralisation dans une maison florentine du XVIIe siècle